C + clair

Regards sur le coaching et les RH par Lionel Ancelet

Types psychologiques de Jung et MBTI : la dimension S/N

Dans un article précédent, nous avons vu en quoi les individus manifestant une préférence pour l’Introversion étaient différents de ceux pour lesquels il s’agit de l’Extraversion. Cette première dimension des inventaires de personnalité basés sur les types psychologiques de Jung comme le MBTI ou le CCTI correspond à ce que Carl Jung appelait l’attitude. Nous allons voir à présent en quoi diffèrent les deux préférences qu’il appelait respectivement Sensation et Intuition, et qui constituent deux fonctions de perception, c’est-à-dire deux modes de recueil d’information. Ces deux préférences sont repérées par les lettres « S » et « N » (et non pas « I« , déjà utilisé pour identifier une préférence pour l’introversion).

Sensation ou intuition ?

Quelqu’un dont le mode d’appréhension favori est la sensation sera plus attentif aux faits concrets et observables. Il observe et se souvient des détails. Il apprécie d’ailleurs recevoir des instructions précises et détaillées. Face à un problème, il préfèrera utiliser une solution qui a fait ses preuves, car il valorise avant tout l’expérience. Il arrive à une conclusion en suivant un raisonnement méthodique. Il peut se montrer parfois méfiant vis-à-vis du changement. On dit en général d’une telle personne qu’elle a « les pieds sur terre », le sens pratique.

Quelqu’un dont le mode d’appréhension favori est l’intuition sera plus attentif aux concepts et aux possibiltés. La perception d’un détail va le faire penser à autre chose, et cette autre chose va à son tour le faire penser à un événement ou une idée sans rapport immédiatement perceptible – sauf pour lui. Il peut se sentir « enfermé » par des instructions trop précises, et préfère qu’on lui donne un objectif général et les grandes lignes pour l’atteindre. Face à un problème, il sera attiré par les solutions inédites et innovantes, car il valorise avant tout la créativité. Il arrive souvent à une conclusion par une approche intuitive, et doit reconstruire un raisonnement linéaire a posteriori. Il apprécie en général le changement. On dit parfois d’une telle personne qu’elle a « la tête dans les nuages », et de l’imagination.

Il n’y a pas de bonne ni de mauvaise préférence.

Aucune de ces deux préférences n’est… préférable à l’autre. Les « S » ne manquent pas nécessairement de créativité, ni les « N » de sens pratique ! Dans l’idéal, ces deux modes d’appréhension des situations sont utiles, car il s’agit de prendre la mesure des circonstances, de déceler un éventuel problème, et d’y apporter une solution, qu’elle soit éprouvée ou innovante selon ce qui est nécessaire. Pour parler en termes photographiques, le mode « S » est un objectif macro qui fait jaillir les détails, le mode « N » un objectif grand angle qui permet d’avoir une vue d’ensemble… l’idéal étant d’être équipé d’un zoom qui permet de changer de focale pour choisir le meilleur point de vue !

Comment repérer cette préférence chez soi-même (ou chez les autres) ? Racontez le dernier roman que vous avez lu ou le dernier film que vous avez vu. Préférez-vous exposer l’histoire de manière chronologique, avec force détails ? Ou bien évoquer les thèmes abordés par l’histoire, l’ambiance générale, le caractère des personnages, d’autres films ou romans auxquels cela vous a fait penser ?

Apprenez à développer la préférence opposée !

Comment développer le mode sensation, si votre préférence va vers l’intuition ? Développez votre présence à l’ici et maintenant, par exemple par la méditation. Développez votre sens de l’observation, par exemple en étant attentif aux perceptions de vos cinq sens à l’occasion d’un trajet en bus ou en train. Utilisez vos mains pour effectuer des tâches concrètes : bricoler, réparer des objets, cuisiner, modeler de petites sculptures. Inversement, comment développer l’intuition ? Laissez vagabonder votre imagination, même si vous avez l’impression que « ça ne sert à rien ». Imaginez la vie des inconnus que vous cotoyez dans les transports en commun, lisez de la poésie et laissez venir à vous les images qu’elle évoque.

Et vous, dans quelle préférence vous reconnaissez-vous : sensation ou intuition ? Dans un prochain article, nous aborderons les modes de prise de décision que sont la pensée et le sentiment, et qui constituent les deux pôles de la troisième dimension des modèles basés sur les types psychologiques de Jung.

Auteur : Lionel Ancelet, coach et formateur.

Crédit photos : Alice Popkorn, Oncle Tom, Dylan Porteus (Source : flickr.com)
Publicités

Written by LA

24 septembre 2012 à 16:58

%d blogueurs aiment cette page :